Citation du moment : Expérience.

"L’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs." O.Wilde

 

CV illustré - Pascal DELROT - Ingénieur systèmes électronique embarquée/avionique

Petite tentative pour illustrer tout ce à quoi j’ai pu faire ou participer...
Bien sur, confidentialité oblige, ce ne sera que des données publiquement disponibles. A défaut d’illustrations dessinées, l’illustration sera via des URL !
Mon CV officiel est ici

Équipements aéronautiques
Si je devais commencer par quelque chose, c’est la dizaine d’année pendant laquelle j’ai eu l’occasion de faire le support technique de balises de détresses aéronautiques ELT96/97, et la conception d’un nouveau modèle (ELT96-STD et ELT96-GPS).

La page suivante pourra vous renseigner sur ce que sont les balises de détresse (une ELT96/97 se cache en haut, la seconde en partant de la gauche).

Pour les nouveaux modèles, l’une des traces disponible est une brochure de présentation que j’ai écrite.

Une des parties les plus difficiles sur ce type de produits, ce sont les approbations par les autorités et/ou les clients, dont on peut s’amuser à retrouver la trace chez les différentes autorités :

J’ai aussi eu l’occasion de faire quelques participations sur les montres de bord suivantes :

L’éclairage public
Depuis bientôt 3 ans, c’est par conviction qu’il est possible de réaliser des économies d’énergie dans l’éclairage public que je m’investis (capteurs et technologies de communication).

L’efficacité du tout a pu être démontrée dans le cadre du projet européen LITES, géré par un collègue de Bordeaux. Démonstration in-situ et quelques explications sur le site de THORN

J’ai sélectionné toute une famille de capteurs de détection de présence des usagers, désormais au catalogue :

Ils sont parfois intégrés dans certains luminaires :

Mais aussi des technologies de communication pour permettre aux lanternes d’échanger des informations de présence des usagers, en plus de la télégestion (en particulier le niveau 2) :
http://www.thornlighting.com/holding/e-books/Fr_compcat_2014/files/assets/basic-html/page300.html
http://www.thornlighting.com/holding/e-books/Fr_compcat_2014/files/assets/basic-html/page301.html

Cette année, quelques lanternes ainsi réalisées ont été placées sur un terrain d’expérimentation en grandeur nature aux Pays-Bas, géré par le laboratoire DOLL. Quelques détails sur le site de THORN et sur un article de presse.

Plus innovant, il y a aussi les essais et validations d’application autour du LiFI (article Usine Nouvelle), comme par exemple le site de démonstration à Meyrargues avec des luminaires EP145 (article sur le site de la SLA).

De façon plus générale, j’ai pu participer à plusieurs projets de nouveaux produits :

Personnel
à venir
PS : ce site internet est un exemple ;-)

Etudes
Mes études donc... maternelle, primaire, collège... c’est au lycée que commencent les spécialisations.
Très tôt, je me suis orienté sciences (plutôt la physique), sciences industrielles (dessin, automatisme), informatique... au Lycée Louis Armand jusqu’au BAC. J’ai continué en classe préparatoire PTSI-PT.
Ensuite, école et dipôme d’ingénieur (et DEA). Ce fût l’ISIM (Polytech’Montpellier de nos jours), filière microélectronique et automatisme (MEA).

L’électronique, l’informatique
Mes premiers pas en informatique sont au cours préparatoire, avec des TO7, et le LOGO.
J’ai retrouvé TO7 et MO5 plus tard, au club informatique d’Iteuil, au début du collège.
Mes premiers programmes en BASIC, changer la couleur de l’écran, faire des fonctions de calcul sur la géométrie - le tout enregistré sur cassette.
L’année qui suit, étant l’un des plus jeunes du club, on m’a donné l’occasion de monter le tout nouveau et coûteux ordinateur 286. Il fut complété par la suite par des 386 et 486, sur lesquels j’ai fais mes armes en MS DOS, Windows 1.0 (si si), 3.1.

Pendant mes années collège, mon grand-père a du quitter la sidérurgie, et a ensuite travaillé dans une usine d’assemblage de calculatrices si je me souviens bien. Je me suis vu offrir un jeu éducatif sur l’électronique. "C’est l’avenir" me dira-t’il. Pas mon "jeu" préféré, mais il été intéressant de faire allumer des diodes avec des transistors, des capteurs de luminosité, autres amplificateurs et oscillateurs, aidé dans les câblages par les schémas du manuel. J’ai encore les composants et le manuel. Composants d'un jeu éducatif sur l'électronique ( 1993) {JPEG}

Entre temps, beaucoup d’auto-formation, d’abord en programmation et d’algorithmie à la fin du collège (dans un gros livre sur le Pascal, que j’ai prêté, et que je n’ai jamais revu). Je me souviens encore des arbres de structures à base de pointeurs - très didactique
Je n’avais pas encore d’ordinateur à la maison. Le passage des programmes écris à la main à la version informatique fut assez difficile - il faut rester humble face aux compilateurs à la syntaxe aveugle et implacable, et sa propre bêtise dans les algorithmes.
Après quelques années, j’ai finalement eu une très bonne note au BAC sur l’option informatique : un programme sous MS-DOS, un ami ayant besoin d’une interface utilisateur pour créer des personnages pour le jeu de rôle Stormbringer par rapport au livret de jeu. Déjà sur un mode "client" pour rendre service et m’amuser, c’est ce que je lui ai écrit, en TurboPascal et TurboVision ; mes premiers pas en programmation objet et surchage des API (les fameux verrous/calcul aléatoire des champs d’entrée de donnée sur l’image ci-dessous).
Copie d'écran du programme Stormbringer 3.0 (1996) {PNG}

Présentation du programme Stormbringer

Livres de chevet de l’époque : "PC Interdit", la "Bible de la Programmation Système" - qui fait encore un très bon cale livre.

L’apprentissage du C arrive en classe préparatoire (sur PC) et à l’ISIM (sur microcontrôleur).

JPEG A la maison, j’avais récupéré un compilateur Delphi, sur lequel j’ai surtout réalisé un "jeu de la vie" que j’avais croisé dans une revue scientifique.


Pour l’assembleur, Java et un peu de Tcl-Tk, j’ai été autodidacte. Idem en technologies internet (HTTP, Javascript, CSS, PHP...) qui se démocratisaient à l’époque.
J’ai suivi Linux très tôt (1996) - mon premier PC, puis Unix à l’école d’ingénieur, et définitivement chez moi depuis 2007 (essentiellement openSuSE).
Il faudra que je m’intéresse au langage Python un de ces jours.
Je connais aussi le VHDL bien sur, appris à l’ISIM, car en microélectronique et FPGA, c’est assez incontournable. J’aime beaucoup ce concept de programmation (dont la syntaxe est proche... du Pascal).

Le VHDL me permet dans ce monologue de revenir à l’électronique.
Le jeu offert par mon grand-père quelques années auparavant m’a sûrement facilité inconsciemment les choses dans mes études.
Mes premiers pas sur des ordinateurs assez simples, les cours d’électroniques analogie et numérique, architecture des calculateurs, calcul numérique forment un ensemble très complet pour appréhender les systèmes électroniques dans leur ensemble.

Depuis mon premier montage de PC du club informatique, j’étais au collège, montage, démontage, et dépannage informatique sont l’une des cordes à mon arc. Une petite spécialité étant le dépannage de disque dur, pour récupérer des secteurs de démarrage, ou des données quand tout semble perdu.

Formation continue
En études, il reste aussi un certain nombre de formations durant ma vie professionnelle :

Associatif
à venir

Article du 8 juillet 2015 (0 visite(s)) - Première mise en ligne : 14 novembre 2014

Texte, photographies, séquences vidéos et code informatique de P. DELROT, sans autre but que le partage de connaissances. Merci de demander mon accord pour des utilisations commerciales ou à large diffusion. L’utilisation des codes informatiques proposés ne saurait engager ma responsabilité.



Renseignements



Bonne idée !Soutenez les logiciels libres !

Promouvoir et soutenir le logiciel libre



44678 visites, 124 visite(s)/jour
Mis à jour le 23/02/2017 à 22:08
Version : avril 2014

© 1999-2017 Pascal DELROT

Contact / Mentions légales
Creative Commons License
Création(s) mises à disposition sous un contrat Creative Commons.

Site optimisé pour être visible

Site publié grâce à :
Site publié grâce à SPIP 3.1.6 [23598] Réalisé avec openSUSE Linux